AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fleur de lys (hippolyte)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BIZUTS
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 05/08/2016
≈ DEVOIRS : 41
≈ Points : 15
≈ ETUDES : des études de sciences bien entamés, en spécialité chimie.
Voir le profil de l'utilisateurhttp://fysydney.forumactif.org/t94-fleur-de-lys-hippolyte

MessageSujet: fleur de lys (hippolyte)   Ven 5 Aoû - 19:56

HIPPOLYTE MCLAGGEN
YOU WAKE UP EVERY MORNING TO FIGHT THE SAME DEMONS THAT LEFT YOU TIRED THE NIGHT BEFORE AND THAT, MY LOVE IS BRAVERY

≈ nom : mclaggen. famille modeste, famille unie, famille qui ne se défait pas des autres, rien de plus que la normalité, tout de moins, l'amour qu'il leur porte est plus fort que tout. ≈ prénom(s) : hippolyte. doux entre les lèvres, celui qu'on n'oublie pas de part sa singularité. s'ensuit d'imogen, prénom distingué qu'elle aime porter. ≈ surnom(s) : oly, on l'appelait autrefois, hyppo mais d'une vulgarité sans faille, elle préfère de loin oly, d'une sonorité presque masculine, un choix. ≈ date et lieu de naissance : sur les plages des îles grecques, l'écume aux aguets. et sous la voûte céleste, hippolyte est née le vingt-deux mars. ≈ âge : vingt-un battements de coeur fragile, vingt-trois sourires forcés pour cacher la vérité, vingt-trois masques posés sur le visage et les rôles encaissés. Vingt-trois battements de palpitants déviant, de coeur fragile tout ça à cause de cette foutue maladie. ≈ nationalité : adoptée, elle sait simplement que la grèce est son pays natale. de ce fait, elle dispose d'une double nationalité, greco-australienne. ≈ origines : fille de jupiter, soeur de neptune. elle rêve d'être née loin d'ici, dans les étoiles. mais elle n'est qu'humaine, simple greco-australienne. ≈ emploi et/ou études : étudiante en sciences, spécialisation chimie.≈ année d'études : première année, un retard qu'elle n'a pas pris volontaire mais auquel elle n'a pas pu échapper. ≈ classe sociale : modeste. ≈ orientation sexuelle : bisexuelle, la vie est trop courte pour s'arrêter qu'à un seul plaisir. ≈ statut civil : louve solitaire.

quel groupe avez-vous choisis et pourquoi ? SWALLOWS.

Hippolyte est une belle femme. Soignée, gracieuse et élégante. Son corps frêle et élancée, reflète ses années de danses. Une sororité a besoin ce genre d'atout. Les bonnes manières sont ancrées dans son éducation. Élevée par deux mamans, elle sait que les femmes ont de la valeur et qu'il ne serait pas envisageable de salir son image.

SOUHAITES-TU PARTICIPER A L’INTRIGUE ? (x) OUI () NON


tell me who you are ≈complexe. imprévisible. juvénile. souriante. téméraire. terre-à-terre. indépendante. incompréhensible. intelligente. gracieuse. impétueuse. têtue. fougueuse. râleuse. chieuse. mystérieuse. attrayante. secrète. tolérante. impatiente. discrète. déconneuse. joueuse. coquine.

Code:
<taken>scarlett leithold</taken> <pseudo>≈ hippolyte i mclaggen.</pseudo>
survolez l'image
behind the screen

prénom : camille  cute . pseudo : indécise, je ne saurais porté un pseudonyme trop longtemps. âge : incertain, je dérive vers la majorité. octobre, n'oubliez pas : mois de fête. pays : quelque part dans l'univers. comment as-tu connu fys ? la lune qui m'a parlé. ton avis sur fys : aussi beau que vénus, déesse de la beauté. autres comptes : aucun. inventé/scénario : inventé. crédits : cheap thrills (avatar). mot de la fin : n'hésitez pas à me mpotter si jamais vous désirez un lien, je suis ouverte à tout.

histoire
tics & manies



→ La fillette regardait par la fenêtre. Les pensées dans le vague, le regard remplie de désir. Juvénile. Elle souhaitait se glisser hors de la fenêtre pour rejoindre le jardin boueux, rongé par la pluie qui s'abattait durement contre la vitre. Elle n'était pas malheureuse cette petite. Simplement, elle possédait une imagination qui dépassait celle de n'importe quelle autre enfant. Elle s'imaginait voyageant sur un bateau, comportant trois mas. Capitaine, elle guidait son équipage à travers la tempête. Sauf qu'elle ne pouvait réaliser son rêve de gamine, ses mères ne l'autorisaient pas à sortir. Elles avaient bien trop peur de voir leur trésor souffrir d'une quelconque petite maladie passagère si jamais elle s'aventurait à l'extérieur par ces temps-ci. « Aller viens avec nous, on va préparer des crêpes. » La jeune enfant, descend du rebord de la fenêtre est rejoint sa mère. Judith McLaggen. Mariée à Amelia McLaggen. C'était un couple homosexuelle. Hippolyte s'y était fait. En fait, elle trouvait la situation bien mieux. Ses mères étaient aimantes et adorables. Bien qu'elle ne soit la progéniture d'aucune des deux femmes, elle savait que ses deux mamans considéraient Oly comme leur propre fille. Il n'y avait pas de doute la dessus. Toutes deux descendues dans la cuisine, Amelia les attendait, tablier sur elle, elle était prête à faire des crêpes. Activité favorite de cette gamine de cinq ans. « On verse maintenant le laid ma chérie. » Sous les conseils de sa mère, la petite fille préparait la pâte à crêpe, tandis que son autre maman, l'aidait à touiller. Un geste répétitif qui pouvait devenir lassant pour cette enfant. « Désormais il faut laisser reposer. Tu peux aller dans ta chambre, on t’appellera quand on les fera cuir mon ange. » Petits baisers sur le front, quelques mots doux et des mots d'amour, avant de retourner dans sa chambre. Elle était heureuse la petite.


→ Les yeux remplies d'étoiles, elle regardait le professeur mouver son corps harmonieuse. D'une seule oreille, elle écoutait les ordres de cette dernière, reproduisant les mêmes gestes plus ou moins gracieux que la femme devant elle. Elle était subjuguée par tant de beauté. Tous semblaient concentré tandis qu'elle, le bouche ouverte, contemplée la danseuse qui s'offrait devant elle. « Hippoyte, redescend sur terre, tu veux !? » Elle ne devait pas aimer les enfants. Ou plutôt elle ne devait pas l'aimer. Mais elle s'en fichait parce que le spectacle qu'elle lui offrait valait bien plus qu'un petit conflit. Les esprits sous contrôle, la petite fille regarda son professeur, le regard innocent et désolée. Ensuite, sous les moqueries de certains de ses camarades elle accomplit l'arabesque qu'elle devait effectuer. D'une simplicité, elle venait de réussir une chose difficile, bien que la grace ne soit pas encore à l'heure du jour, la technique avait été parfaite. De quoi faire agrandir la bouche en forme de O de mademoiselle Hopkins. C'était fascinant. Quelque peu amusant. « Bien. Maintenant concentrons-nous. » Sans un mot Hippolyte se remit au travail, suivant, tel qu'un miroir les mêmes gestes délicats de son professeur. Elle avait choisi la danse lorsqu'un soir, ses mères l'avaient emmenée voir un ballet. Le spectacle l'avait émerveillé. Voir ces personnes en harmonie avec le rythme de la musique, des gestes accomplis avec tant de finesse, tant de grace, elle avait voulu faire la même, rêvant qu'on vienne la voir pour l'art qui émanait de son corps.


Comme un jeu d'enfant. Là-haut, on rigole, on s'amuse à la faire souffrir. On lui a empoisonné le sang, maintenant elle subit. Comme une marionnette vouée à la mort. De celles abîmées qui nous servent plus, délaissées sur le meuble en bois écaillé par ce peu de soin. À l'abandon. Pourtant on garde espoir, on espère chaque jour que ce sera le bon. Pour la vie ou pour la mort. Les deux chemins n'ont plus réellement d'importance à son stade. Elle garde ce même sourire collé au visage, juste pour faire beau. Elle feint le bonheur parce qu'elle veut vivre les derniers meilleurs instants de sa vie. Sauf qu'elle attend, c'est long. Mais elle ne faiblit pas. 

Les pas s'enchaînent, la musique se déchaîne. Devant tant de regards sur elle, elle sent la rouge montait sur ses joues, un sourire se dessinait sur ses lèvres. Elle aimait la sensation, ce sentiment de fierté qui émanait de ses mamans lorsqu'elles la regardaient danser. Son heure de gloire. Montrer à ce public que les mouvements du corps ne cessaient d'être de l'art. Des gouttes de sang apparue, gâchant son costume. Quelques cris d’effroi, de surprise, d'incompréhension. Alors que son regard, en alerte, cherchait ses mamans. Ses membres tremblaient, sueur sur son visage. Elle n'arrivait plus à faire quoique ce soit. Perdant le contrôle de son corps, la vision devenant flou. La chute était immédiate. […] « elle a un cancer lymphatique hodgkinien mesdames. » Ils parlaient. Alors qu'elle était là. Allongé sur son lit d'hôpital. Elle écoutait la nouvelle fatidique. Elle ne pleurait pas, ses mères le faisait pour elle. « C'est grave ? » Avait-elle demandé. « Cela serait malhonnête de ma part de vous dire, non. Votre fille est à un stade où le cancer c'est propagé dans plusieurs zones. » Les nouvelles n'étaient pas les meilleurs. Sa mère s’effondrait sur les épaules de sa femme, ses sanglots résonnaient dans toute la pièce, telle que les autres patients la regardait en pitié. Elle allait mourir. « Elle en a pour combien de temps ? » Enfin Amelia avait parlé. « Je ne sais pas, je ne saurais vous dire… c'est... » « Qu'est-ce qu'on doit faire ? » Coupa sa femme. Elle semblait désespérément prête à tout pour sauver sa fille, son bébé. On lui parla de chimio et de traitements connus des cancers. Alors voilà, Hippolyte était destinée à vivre sa vie dans un hôpital et à ne plus avoir de cheveux. Elle soupirait. Dépitée par la vie, perdant espoir de voir à nouveau la mer, le sable.


→ Trois années se sont écoulées durant lesquelles Hippolyte est restée quasiment constamment à l'hôpital. Un lieu où les gens veulent quitter au plus vite, certains choisissent la mort, d'autres la vie. C'était les plus chanceux. Ses cheveux avaient repoussés avec le temps, son visage s'était amaigri, comme tout son corps d'ailleurs. Murphy était avec elle. « Il faut que tu manges Hippolyte, regarde tu es toute maigre. » Elle avait raison. Avec le cancer, elle avait perdu le goût de manger, elle ne buvait pas non plus beaucoup, juste de quoi tenir. Mais elle était faible. Si seulement elle savait. C'était difficile pour elle, les démangeaisons constantes, la sueur lorsqu'elle dort, l'impossibilité de refaire de la danse. Tellement de choses insupportables. Pourtant elle ne disait rien, elle ne se plaignais pas, attendant un seul signe. « J'en ai marre de me battre. » Avait-elle lâché. Sa mère avait été choqué, l'idée même qu'elle puisse perdre son enfant, l'attristait plus que tout. « Ma chérie, regarde moi dans les yeux. » Elle le faisait déjà. Mais la peine qu'elle vit dans les yeux céruléens de sa mère l'a peiné. Elle était responsable de ses larmes. « Tu vas te bouger le cul d'accord, tu vas manger et te guérir. Tu sortiras, tu seras belle et tu vivras ta vie à fond. Tu brilleras à nouveau. On trouvera ce putain de donneur de moelle osseuse et tu vivras longtemps, d'accord. Ses années à l'hôpital ont porté leur fruit, tu peux à présent sortir. Alors vis ta vie, vis tes rêves. Peu importe si tu dois mourir dans un an ou deux, tu dois te battre pour vivre les derniers meilleurs instants de ta vie. » Elle avait dit ça avec une telle détermination qu'aucune larme n'avait coulé de ses yeux larmoyants. Quant à elle, silencieuses, elles perlaient ses joues. Elle avait eu raison, elle était sorti quelques mois après leur discussion. Le sourire aux lèvres, désirant écouter les conseils de ses mamans. Il ne fallait pas qu'elle ait de regrets.  


« N'oublie pas de nous appeler dès qu'il y a quoique ce soit, ou simplement parce que tu en as envie mon bébé, hein !? Et fais attention aux garçons et aux filles aussi. Ne te blesse pas, fais pas trop de bêtises. On t'aime !! » « Moi aussi je vous aime maman. Bisous. » Elle raccroche. Les yeux larmoyants. Elle avait quitté le cocon afin de vivre. Elle avait décidé de reprendre sa vie en main, sans être sûr qu'elle verrait un jour le bout des études qu'elle comptait entreprendre mais ses mamans avaient raison, elle ne pouvait se laisser mourir. Grâce à une bourse elle avait pu rejoindre la curtin university. Université de rêve lorsqu'on habite l'Australie. Situé à Sydney, c'était un moyen pour elle, de reprendre sa vie à zéro, de quitter le passé et de commencer son futur dans cette ville. Les étudiants passaient, la regardaient interrogativement. Elle semblait perdue. Elle l'était. Mais devant tant de beauté, elle n'arrivait pas à se concentrer pour trouver le bureau du doyen. Elle avançait, faisant de petits pas, embêtant ses élèves pressés. Pourtant les cours n'avaient repris mais il y avait déjà beaucoup trop d'étudiants. Un sourire mutin sur ses lèvres, elle semblait heureuse.

~  petit rayon de soleil au goût de miel, qui colle, sur les mains, les dents, les cheveux, les peaux. discrète mais vivace, Oly est une jolie fleur qui a besoin de beaucoup de lumière et de beaucoup d'amour. c'est le bonheur qui la fait vivre (le monde est si beau.) c'est la peur qui la fait s'acharner. ~ Oly qui est loin, dans son monde, dans la lune, qu'on repère à son air d'évasion, son sourire béat mais qui est brisé parfois, son regard perdu mais brillant. ~ Oly qui rêve, son rire con, son air de gamine, qu'on ose pas déranger. ~ Oly qui réfléchit, ses pensées qui voguent, encore et encore. ~ Oly qui dit, ses mots doux, ses phrases sages, des mots qui blessent. Des propos indomptés. ~ Oly qui râle, qui crie, qui hurle. Oly qui surprend comme un volcan. ~ Oly qui cherche l'indépendance, la vivacité. Elle ne cesse de chercher pour se sentir vivre. ~ Oly est une bombe humaine, prête à exploser dans la vie des autres. Attention aux éclats. ~ Cette enfant qui ne dit mots, qui l'on croit faible et crédule. Et pourtant c'est une peste. ~ Oly, elle aime le secret, faire croire aux gens son innocence alors que sa maturité vous fera taire. ~ Oly qui n'aime pas le café mais qui en boit parce qu'elle en a besoin. Grimace sur son visage. ~ Oly qui veut tout tester, désespérée de ne pas avoir le temps. ~ elle est malade, le regard incertain mais personne ne le sait ça. Elle ne veut pas de pitié, elle ne veut pas qu'on la pleure. ~ Sa vie est misérable mais elle fait tout pour la rendre plus belle. ~ Oly elle dort avec trois oreillers, elle les retourne lorsqu'ils sont chauds. ~ Oly elle se mord l'intérieur de la lèvre lorsqu'elle est gênée. Gestes anodins et pourtant si craquant. ~ Oly c'est une tombe, un journal intime qui ne pourrait dévoiler aucun des secrets qu'elle garde. Parce qu'Oly est quelqu'un de confiance. ~ Oly elle a besoin d'amour mais elle le fuit, parce qu'elle ne veut pas faire souffrir les autres. ~ Oly elle vit sa vie, à sa façon, avec tant de grace et de délicatesse. ~ Oly elle rêve d'une chose. Danser.


Dernière édition par Hippolyte I. McLaggen le Sam 6 Aoû - 11:34, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 07/06/2016
≈ DEVOIRS : 66
≈ Points : 10
≈ AGE : 24
≈ ETUDES : Etudiante en médecine
Voir le profil de l'utilisateurhttp://fysydney.forumactif.org/t78-this-one-s-for-you-amberle#47

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   Ven 5 Aoû - 20:05

Qu'elle est belle, je la connaissais pas bave1 chou

Bienvenue sur FYS & Bon courage pour ta fiche heart

Si tu as des question n'hésites surtout pas langue
Revenir en haut Aller en bas
SEA TURTLES
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 06/06/2016
≈ DEVOIRS : 87
≈ Points : 10
≈ AGE : 25
≈ ETUDES : En pleine reflexion
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   Ven 5 Aoû - 20:19

Bienvenue parmi nous sur FYS**
De même, je ne connaissais pas ta demoiselle, mais elle est toute mignonne langue
Bon courage pour ta fiche Smile
Revenir en haut Aller en bas
BIZUTS
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 05/08/2016
≈ DEVOIRS : 41
≈ Points : 15
≈ ETUDES : des études de sciences bien entamés, en spécialité chimie.
Voir le profil de l'utilisateurhttp://fysydney.forumactif.org/t94-fleur-de-lys-hippolyte

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   Ven 5 Aoû - 20:24

Merci beaucoup à vous deux chou cute
Revenir en haut Aller en bas
TIGERS QUOLL
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 01/06/2016
≈ DEVOIRS : 145
≈ Points : 10
≈ ETUDES : bachelor de droit, postgraduate en relations internationales.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   Ven 5 Aoû - 20:46

copine de prénom yeah
et ton avatar chou
bienvenue et bon courage pour ta fiche. heart
Revenir en haut Aller en bas
BIZUTS
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 05/08/2016
≈ DEVOIRS : 41
≈ Points : 15
≈ ETUDES : des études de sciences bien entamés, en spécialité chimie.
Voir le profil de l'utilisateurhttp://fysydney.forumactif.org/t94-fleur-de-lys-hippolyte

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   Ven 5 Aoû - 21:25

merci beaucoup bave1 chou sam est tellement ajbvjkzbfjr bed
Revenir en haut Aller en bas
TIGERS QUOLL
avatar
Welcome to Sydney
≈ ARRIVEE : 01/06/2016
≈ DEVOIRS : 145
≈ Points : 10
≈ ETUDES : bachelor de droit, postgraduate en relations internationales.
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   Sam 6 Aoû - 13:57

Ton histoire est super touchante ** Pauvre Oly avec son cancer. moh moh



Revenir en haut Aller en bas
Welcome to Sydney
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: fleur de lys (hippolyte)   

Revenir en haut Aller en bas
 
fleur de lys (hippolyte)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Flan de chou-fleur au chèvre (from "Voici")
» velouté de chou fleur
» Le velouté de chou-fleur au roquefort- M'man
» Soupe au chou-fleur
» choux fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fuck Yeah Sydney ::  :: Dancing with myself :: Admitted folders-
Sauter vers: